Avant l’Algérie française

Célébré notamment par l’émouvante chanson bilingue des frères Nacash et du chanteur algérien Hamdi Benani, On est resté des amis (qui mériterait de devenir une ode à la paix et à la réconciliation entre des hommes un moment égarés dans les soubresauts stupides de l’Histoire), le jubilé de l’indépendance de l’Algérie illustre les dictons paradoxaux « Le mieux est l’ennemi du bien » et « On risque de tout perdre en voulant trop gagner. » En effet, contrairement à une idée reçue, la France était, longtemps avant 1830, déjà présente en Algérie (alors soumise à l’Empire ottoman), sous la forme d’un « comptoir » : La Calle (El Kala), ou Bastion de France (1560-1829) près de Bône (Annaba). Et quel que soit le point de vue d’où l’on se place –l’indépendance va « dans le sens de l’histoire », la colonisation était un archaïsme ou, au contraire, elle aurait apporté des « vertus civilisatrices » (éducation, vaccinations…) à des peuples jadis oubliés par la marche du progrès– force est de constater que l’interventionnisme colonial de la France (durant la Restauration et la Seconde République) lui fit perdre en définitive cette position symbolique en Algérie qu’elle aurait peut-être gardée en l’absence de conquête moins « boulimique », de la même façon que l’Espagne conserve encore ses Plazas de soberanía au Maroc (notamment Ceuta et Melilla). En ne se contentant pas du petit Bastion de La Calle, la France a finalement perdu toute présence en Algérie…
Nacash & Hamdi Benani

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :