Quand la Justice déraille, la Présidence défaille…

Capture d'écran de la page Facebook du site officiel de l'Elysée

Justiciables, mes pairs, ne comptons jamais sur le Président de la République ! Comme j’en ai fait personnellement la douloureuse expérience, quand vous écrivez au Chef de l’État pour protester contre un dysfonctionnement judiciaire qui vous frappe et solliciter son intervention bienveillante pour le corriger, un membre de son cabinet se fend généralement d’une lettre-type où il compatit certes à vos tourments, vous assure de la considération du Président, mais vous adresse en fait une fin de non recevoir, en vous rappelant le sacro-saint « principe constitutionnel de la séparation des pouvoirs » : en aucun cas –gage du fondement démocratique des institutions– le Chef de l’État ne saurait intervenir dans une affaire relevant des compétences de la (seule) Justice ! Fort bien. Sauf que, rappelle par exemple le site Media-s.fr (avril 2012), le Président de la République « est à la fois le détenteur du pouvoir exécutif, le chef des armées françaises, et le plus haut magistrat de France. » Un « magistrat » (le plus haut !) sans implication décisive dans le fonctionnement de la Justice !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :