Le Roi était son « cousin »

Triboulet (gravure de J.A Beaucé et G Rouget, 19ème siècle)
Triboulet, fou du roi.

« Fou du Roi » à la Cour de France sous Louis XII et François 1er, le bouffon Nicolas Ferrial (ou Le Févrial, alias Triboulet, 1479-1536) mérite tout notre respect pour la maestria avec laquelle il sut rétablir une situation terriblement compromise. Bien que François 1er l’appelât familièrement « Mon cousin » (sans aucun lien de parenté avec lui), cette apparente collusion n’empêcha pas  le souverain courroucé de condamner Triboulet à mort, car il avait transgressé l’interdiction formelle d’ironiser sur la Reine et certaines courtisanes. Bon prince toutefois, et en reconnaissance des bons et loyaux services passés, François 1er lui laisse choisir la façon dont il doit périr. Triboulet réplique alors d’un trait d’esprit remarquable : « Sire, je veux mourir de vieillesse, à la manière d’un vieillard ! » Contraint par sa propre promesse, et trouvant encore, dans cette circonstance inattendue, une occasion de rire chez le truculent personnage, le Roi commue alors la sanction capitale en bannissement… Notons que Francis Perrin fait revivre Triboulet dans son roman Le Bouffon des rois (2011).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :