Erratum indu (erreur sur l’erreur)

Plasmodium falciparumSporozoïte de plasmodium falciparum (Source: Wikipédia, cliché Université J. Hopkins)

Lors de certaines situations, l’erreur (réelle) consiste à croire qu’il existe une erreur (imaginaire) ! Ainsi, à la suite d’un article sur des maladies parasitaires comme le paludisme, à propos d’un texte où le journaliste évoquait des « réservoirs de virus », un quotidien publia un erratum confirmant la remarque (apparemment judicieuse) d’un lecteur : « On ne peut pas parler de ‘‘réservoir de virus’’, car ces maladies ne sont pas causées par des virus, mais par des parasites. » Or, l’auteur de l’article et son lecteur (abusivement critique) ignoraient que cette notion de ‘‘réservoir de virus’’ représente en fait une expression consacrée désignant, dans l’épidémiologie des affections transmissibles, toute source où l’agent infectieux se conserve, et quelle que soit la nature précise du vecteur de la maladie : virus proprement dit, bien sûr (comme celui de la rage par exemple), mais également d’autres agents comme une bactérie ou un parasite (tel que le plasmodium responsable du paludisme, en l’occurrence). Un peu de connaissance incite à l’erreur, davantage en éloigne…

Publicités

Apple versus Samsung

Apple et SamsungProduits Apple et Samsung (Capture d’écran du 20 heures de TF1, 25-08-2012)
La justice de Californie vient donc de rendre son verdict dans le procès opposant la firme Apple à sa concurrente sud-coréenne Samsung qui a aussitôt annoncé sa décision de faire appel de ce jugement, pour éviter des dommages et intérêts surréalistes de plus de 1 milliard de dollars ! Mais où l’affaire se corse et s’invite en terres de paradoxes, c’est quand on s’aperçoit (comme le rappelle Olivier Frigara sur TF1, lors du 20 heures du 25-08-2012) qu’Apple est en fait l’un des plus gros clients de Samsung ! En effet, la firme américaine se fournit en composants stratégiques auprès de Samsung (circuits de mémoires flash). Conclusion, les deux rivaux ont un besoin vital l’un de l’autre et ont donc tout intérêt à s’entendre, plutôt qu’à s’entre-déchirer devant les tribunaux : Apple aurait de très grandes difficultés à trouver un autre fournisseur lui assurant ces composants essentiels pour fabriquer iPad et iPhones ; et symétriquement, Samsung aurait du mal à se priver de son meilleur client ! Comme toujours, en cas de convergence d’intérêts, un mauvais arrangement vaut mieux qu’un bon procès…

Boomerang sur tapis vert

Lance ArmstrongLance Armstrong (photo National Institutes of Health)

Ubuesque rétropédalage : si l’Union cycliste internationale confirmait la décision (rendue sur « tapis vert » par l’Agence américaine antidopage) de retirer à Lance Armstrong tous ses résultats sportifs (notamment son titre historique de septuple champion du Tour de France) pour cause de dopage, l’accession à ce palmarès pourrait revenir alors à certains coureurs… eux-mêmes déjà convaincus de dopage !