Harry (avant Marvin): le centenaire

Henry Fragson_1898Harry Fragson (1898)

À propos du parricide, Freud a forgé le fameux complexe d’Œdipe. Mais la situation symétrique (meurtre du fils par le père) a endeuillé aussi l’humanité, en particulier le monde de la musique. On connaît la chanson de David Koven, Marvin, en hommage à la mort tragique de Marvin Gaye, assassiné par son propre père à l’âge de 44 ans. Or un destin aussi tragique frappa Harry Fragson, mort dans les mêmes circonstances (tué par son père) et au même âge (44 ans), le 30 décembre 1913. Après son décès, son demi-frère et le reste de sa famille se disputèrent l’héritage, “mais à cause d’une procédure trop lente, la totalité de ses biens revint à l’État français.” Une illustration du dicton (paradoxal): “On risque de tout perdre en voulant trop gagner.”

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :