Quand la France restaurait le rideau de fer

Miklós Németh

Quand Miklós Németh [photographie source Wikipédia] devient Premier ministre en novembre 1988, dans la Hongrie du Pacte de Varsovie, il trouve un pays économiquement exsangue. Épluchant les comptes, en bon comptable, il découvre une ligne budgétaire insolite, “EJR”, relevant du ministère de l’Intérieur, et correspondant à des frais considérables. Enquêtant à ce sujet, il apprend qu’il s’agit en fait d’un nom de code dissimulant les dépenses stratégiques pour la maintenance du rideau de fer : garde-frontières, clôtures électrifiées, dispositifs de détection et d’alerte, etc. Or ces dépenses ont explosé depuis que l’URSS de Mikhaïl Sergueïevitch Gorbatchev (elle-même en piteux état financier) ne peut plus assister les “pays frères”. Ne pouvant plus compter sur l’aide de Moscou, la Hongrie doit donc désormais acheter les fournitures nécessaires au maintien du rideau de fer à… la France ! Laquelle ne s’honore pas ainsi : officiellement, elle défend haut et fort “les droits de l’homme et la liberté”, mais en pratique (réalisme commercial oblige !), elle vend à la Hongrie communiste le matériel nécessaire pour pérenniser cette entrave lamentable aux droits de l’homme et à la liberté ! Miklós Németh (dont on ne reconnaitra jamais assez les mérites) dénonce alors l’absurdité de ce système : malgré sa situation financière désastreuse, la Hongrie doit continuer à acheter à l’Occident ce matériel censé la “protéger” de cet Occident capitaliste ! Et comme elle n’a plus de devises pour payer au comptant, elle est forcée d’emprunter de l’argent pour payer cette (sinistre) participation française à la maintenance du rideau de fer ! Fort courageusement, et tout en redoutant de contribuer à déstabiliser Gorbatchev (car l’URSS de Brejnev a passé des accords secrets avec la Hongrie pour y pré-positionner des missiles nucléaires pointés contre l’Italie !), Miklós Németh décide de supprimer cette ligne budgétaire, signant ainsi le démantèlement de la partie hongroise du rideau de fer, le premier acte qui conduira à la chute du Mur de Berlin (1989), puis à celle du rideau de fer lui-même et de tout le bloc communiste en Europe…

Paperblog

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :