La fin de la fin des temps?

Expo quai Branly_Mayas_révélation d'un temps sans fin

Cette affiche pour l’exposition consacrée aux Mayas (Musée du Quai Branly, à Paris) précise: “Révélation d’un temps sans fin.” Mais comme la fin de cette manifestation culturelle approche, elle est désormais barrée de l’inscription “Derniers jours.” En fait de “temps sans fin”, il faudra encore… attendre!

Art maya (photo Marie-Christine Renard)

Publicités

Fatale protection

Mosaïque d'Acheloos à Zeugma Mosaïque à Zeugma
« Garantissez-moi de mes amis, écrivait Gourville, proscrit et fugitif, je saurai bien me défendre de mes ennemis » rappelle Sénac de Meilhan, au dix-huitième siècle. Prêtée aussi à Voltaire, cette formule remonterait en fait au maréchal de Villars qui se serait écrié en 1709, au moment de recevoir le commandement de l’armée des Flandres : « Dieu me garde de mes amis ! Quant à mes ennemis, je m’en charge ». Ce paradoxe de l’action « amicale » nuisible trouve un nouvel avatar dans l’article de Christophe Migeon (Les Cahiers de Science et Vie, Juillet 2012) sur la destruction par surprotection des peintures et mosaïques découvertes en 1995 dans la cité de Zeugma, en Turquie : « L’échec de la conservation illustre de façon cruelle l’inanité de certains excès de zèle », explique Christophe Migeon. Comme un barrage allait engloutir ces vestiges archéologiques, on crut bon de les conserver in situ, conformément aux recommandations officielles stipulées par l’article 8 de la charte internationale de Venise : « Les éléments de sculpture, de peinture ou de décoration qui font partie intégrante du monument ne peuvent en être séparés que lorsque cette mesure est la seule susceptible d’assurer leur conservation. » On recouvrit donc ces chefs d’œuvre en péril d’un enduit « protecteur » à base de briques concassées et de chaux. À la faveur d’une baisse ultérieure du niveau de l’eau, on put « constater l’efficacité de cette lumineuse idée », écrit par antiphrase Christophe Migeon. Autrement dit, le résultat désastreux de cette stratégie à vocation « salvatrice » : « L’enduit s’est désagrégé (en quelques années) ; peintures et pavements de mosaïques ont disparu, laissant la structure des murs de moellons à nu ! La ‘‘Pompéi du Proche-Orient’’ n’aura pas survécu à un souci d’éthique bien peu pertinent… »