Plus triste que triste

Bluer than blue Bluer than blue, Plus triste que triste…

Comment est-ce possible ?… Célèbre pour avoir vendu plus d’un million d’exemplaires de son disque sur la tragédie de la guerre Two little boys (le tube de Noël 1969), le chanteur Rolf Harris a présenté en 1989 une vidéo destinée à prévenir les abus contre les enfants (intitulée Kids Can Say No, Les enfants peuvent dire non). Jusque-là, rien d’anormal, bien au contraire… D’autant plus qu’on lui doit aussi l’une des plus belles chansons d’amour de langue anglaise, Bluer than blue (Plus triste que triste, également en 1969). Mais en 2013, dans le cadre de l’opération de police britannique Yewtree contre les infractions sexuelles (en particulier contre des actes de pédophilie), Harris fut inculpé (à l’âge de 83 ans) et condamné un an plus tard à 5 ans et 9 mois de prison pour “abus sexuels contre des mineurs”, certaines victimes étant alors âgées de “7, 8 ou 14 ans”, selon l’article du Wikipedia britannique. Triste (plus triste que triste) illustration du dicton sur les paradoxes du comportement, “Fais comme je dis, ne fais pas comme je fais”…

Paperblog

Publicités

Quand la météo influence le succès

Pierre Charby Photographie (source: Facebook de Pierre Charby)

Pour les plus jeunes qui ne le connaîtraient pas encore, Pierre Charby est un chanteur, célèbre au milieu de la décennie 1970, notamment pour ses slows  imparables "You", "Nous" et "L’Amour fou". Mais en 1976, année de la mémorable "canicule du siècle" (avec le fameux “impôt sècheresse” à la clef), Pierre rata un nouveau succès dans des conditions paradoxales : certes, cette nouvelle chanson était belle aussi ; mais, prévue pour redonner le moral aux vacanciers déçus par une météo "pourrie" (comme pour "La gadoue" écrite par Serge Gainsbourg en 1966), elle tomba à l’eau… car elle s’intitulait "Il pleut, il pleut", durant cet été 1976 qui se révéla le plus chaud et le plus sec du XX° siècle, avec cette canicule record!

En fait, certaines sources donnent 1973 comme année de parution de cette chanson, comme face B de "L’Amour fou", mais je ne l’ai personnellement entendue (et appréciée) qu’en 1976, d’autant plus qu’elle fut éclipsée initialement par "L’Amour fou". Ses passages à la radio en 1976 étaient sans doute un clin d’œil, pour une programmation décalée par rapport à une météo… "pourrie" différemment qu’à l’ordinaire!

Retour à la case départ?

Jean Péheu Jean Péheu (1872-1947)

Aux temps anciens du phonographe, les chanteurs se présentaient. Courtoisie oblige? Par exemple, en 1909, Jean Péheu commençait sa chanson En revenant de la revue en disant: "En revenant de la revue, chanté par Jean Péheu". Avec le rap, on est apparemment aux antipodes de cette musique! Cependant, comme dit La Fouine dans son nouveau titre avec son collectif Team BS, c’est "retour à la case départ", dans la mesure où les rappeurs retrouvent cette tradition de se présenter! Ainsi, à l’intérieur de sa chanson, La Fouine présente les membres de son collectif: "Fababy, Sindy et Sultan".

Quand Facebook auto-limite son essor

Découvrant sur YouTube une cover-version du succès d’Indila (Dernière danse) par un couple d’excellents amateurs (Manon Nuyens et Fabrice Pagna), je les demande comme amis sur Facebook et j’ai la surprise de voir s’ouvrir une sorte de mise en garde de Facebook venant ainsi scier la branche (ou plutôt le concept) où repose sa propre notoriété, en conseillant de ne pas demander comme amis des personnes qu’on ne connait pas réellement… Si le réseau Facebook devait se résumer à des “vrais amis physiques” (comme des collègues), que deviendrait son intérêt?

Avertissement paradoxal_Facebook Avertissement paradoxal de Facebook: ne pas chercher à élargir son cercle d’amis à des non-amis!

Harry (avant Marvin): le centenaire

Henry Fragson_1898Harry Fragson (1898)

À propos du parricide, Freud a forgé le fameux complexe d’Œdipe. Mais la situation symétrique (meurtre du fils par le père) a endeuillé aussi l’humanité, en particulier le monde de la musique. On connaît la chanson de David Koven, Marvin, en hommage à la mort tragique de Marvin Gaye, assassiné par son propre père à l’âge de 44 ans. Or un destin aussi tragique frappa Harry Fragson, mort dans les mêmes circonstances (tué par son père) et au même âge (44 ans), le 30 décembre 1913. Après son décès, son demi-frère et le reste de sa famille se disputèrent l’héritage, “mais à cause d’une procédure trop lente, la totalité de ses biens revint à l’État français.” Une illustration du dicton (paradoxal): “On risque de tout perdre en voulant trop gagner.”

Absence problématique de problème (2)

Certaines chansons contribuent à former le goût du paradoxe. Telle cette caricature de La Parisienne névrosée ( ?), campée par Marie-Paule Belle en 1976 (paroles de Françoise Mallet-Joris & Michel Grisolia). Là encore, rien de plus problématique qu’une absence totale ( ?) de problème !

La Parisienne (Marie-Paule Belle)

Quand le problème réside… dans l’absence de problème ! [Cliquez sur l’image pour activer le lien YouTube]

I know her so well (Je la connais si bien)

I know him so wellCliquer sur l’image pour activer le lien vers YouTube
Si vous écoutiez la BBC sur Internet le 27 février 2010, et plus précisément le site de l’émission « mythique » Pick of the Pops (tenue jadis, dans les « swinging sixties », par le regretté Alan Freeman, et reprise désormais dans un format « oldies » par d’autres DJ sur BBC2), vous avez pu découvrir une évocation du hit-parade de 1985 où Elaine Paige et Barbara Dickson étaient N°1 avec leur chanson I know him so well. Jusque-là, rien d’insolite. Sauf que le site de l’émission renvoyait alors à une page d’informations sur ces chanteuses, page déplorant précisément le manque d’informations disponibles : « We currently have no biography for this artist » (Nous n’avons encore aucune biographie concernant cet artiste). Or l’affaire devient paradoxale quand on sait qu’Elaine Paige travaille justement… pour la BBC où elle tient une émission hebdomadaire, Elaine Paige on Sunday ! Que l’inflation d’informations sur le Net en arrive à faire ainsi méconnaître l’une de ses propres vedettes par l’une des meilleures radios au monde, voilà bien une preuve supplémentaire que trop d’informations peut, décidément, finir par tuer l’information !