Oh my gode!

Sex-toy pouvant contenir les cendres de l'être aimé (Source: 20 Minutes.fr)

Mark Sturkenboom, designer hollandais, propose aux veuves éplorées de concilier l’amour du cher disparu avec celui du sexe en “self service”. Paradoxale collusion des contraires, cette conjonction insolite entre la mort et le sexe (donc la vie, puisqu’il en constitue un contexte sine qua non) est possible grâce à un… sextoy pouvant contenir les cendres de l’être aimé! Las! L’article de 20 Minutes précise que la législation française interdirait de “conserver les cendres d’un défunt à son domicile”. De quoi contrarier le marché dudit substitut phallique au beau pays de France, pourtant si renommé pour son entendement certain des “choses de l’amour”…

Publicités

Cette foutue porte !

Bild 27 mars 2015Couverture de Bild, 27 Mars 2015

Avec le crash de l’A320 de la Germanwings, l’univers insolite des effets pervers s’est tristement agrandi. En effet, la condition du drame (la solitude insidieuse d’un pilote kamikaze dans un cockpit fermé de façon hermétique) est la conséquence directe des mesures de sûreté aérienne prises au lendemain des attentats du 11 Septembre 2001 : par crainte de l’intrusion intempestive d’un terroriste ou d’un passager déséquilibré au sein du poste de pilotage, les autorités américaines ont imposé à l’ensemble des compagnies d’aviation de nouvelles procédures drastiques, censées écarter toute menace venue de l’extérieur, grâce à des portes blindées et des codes d’accès sécurisés à ces portes. Mais nul n’avait encore imaginé que le danger pourrait un jour venir de l’intérieur même de l’équipage, avec un pilote insensé se retranchant dans son cockpit comme dans un fort Chabrol volant, et en interdisant l’accès à son collègue, le commandant de bord dont les dernières paroles furent d’ailleurs : « Ouvre donc cette foutue porte ! » Mais cette supplique resta hélas lettre morte… A priori louables, ces mesures de protection pour éviter un nouveau 11 Septembre ont entraîné ainsi un terrible retour de manivelle, en provoquant la perte d’un appareil, avec tout son équipage et tous ses passagers ! Citant un commandant de bord sur A320 chez Air France, Le Monde (28-03-2015) rappelle d’ailleurs que la Fédération internationale des pilotes de ligne avait, dès 2001, « dénoncé » cette inversion des priorités, les autorités privilégiant ainsi la « sûreté » des appareils (où les cockpits sont transformables en bunkers), au détriment de la « sécurité » des passagers, dans la mesure où avant le 11 Septembre 2001, ces derniers auraient pu bien sûr prêter main forte au pilote pour neutraliser son collègue délirant ! Mais avec la condamnation des portes pour parer à tout acte de malveillance extérieure, les secours ne peuvent plus pénétrer rapidement en cabine : nouvelle et sinistre illustration de l’adage « Le mieux est l’ennemi du bien. »

Paperblog

Charlie’s angels: soyons tous Lassana Bathily!

Dessin de Lucille Clerc relayé sur son compte Twitter par Banksy_Charlie Hebdo [Dessin de Lucille Clerc relayé sur son compte Twitter par Banksy]

    Au-delà de l’émotion suscitée par la mort des caricaturistes de Charlie Hebdo lors de ce “11 Septembre culturel” en France, on peut soulever un paradoxe qui n’aurait sans doute pas manqué d’amuser bigrement les intéressés. Malgré leur vie vouée à un discours toujours impertinent et iconoclaste, et leur rejet de tous les « systèmes » (sauf peut-être le « système D, D comme débrouille-toi, D comme démerde-toi », comme le chantait Philippe Clay dans Mes universités), Wolinski et ses camarades ont eu le droit à ce qu’ils auraient certainement abhorré le plus, une « récupération » institutionnelle ! Des chefs d’état, des hommes politiques « sont Charlie », la cathédrale de Paris a sonné le tocsin pour leur mort (alors que leur position anticléricale aurait suscité jadis l’excommunication !), la compagne de Charb suggère qu’ils « mériteraient d’être au Panthéon », un deuil national est décrété pour marquer l’émoi collectif, et c’est tout juste si des funérailles nationales ne sont pas proposées pour ces dessinateurs qui ne manquaient jamais une occasion de brocarder toutes les institutions, y compris l’église et l’état ! Franche rigolade assurée, pour ces anges de Charlie montés au paradis des dessinateurs (s’il existe)… Charlie devient même citoyen d’honneur de la ville de Paris, alors que l’esprit même de ce magazine, c’est au contraire de contester toute soumission à une quelconque autorité institutionnelle ! Et pour renforcer ce paradoxe du rapprochement des contraires par la mort, une phrase circule sur Internet : « Ils sont voulu tuer Charlie, mais ils l’ont rendu immortel ! » En effet, qui connaissait jusqu’alors Charlie Hebdo, au Brésil ou aux États-Unis (où des panneaux « Je suis Charlie » ont fleuri aussi) ? Mais en transformant dramatiquement cette marginalité des caricaturistes en notoriété mondiale, les assassins ont échoué dans ce qu’ils espéraient : « Ils voulaient nous faire taire, ils ont réussi seulement pendant une minute » relayent les internautes, par allusion à cette minute de silence demandée par le chef de l’état en mémoire de ces êtres qui faisaient pourtant de l’irrespect leur marque de fabrique ! Un autre paradoxe à méditer est celui de la « motivation » des assassins, prétendant agir pour « défendre le prophète », alors que le Coran, religion du livre, demande au contraire de respecter la vie : « Ne tuez la personne humaine qu’en toute justice, car Allah a déclarée la vie sacrée. » (Coran, VI, 151) ; « Nous avons prescrit pour les Enfants d’Israël que quiconque tuerait une personne non coupable d’un meurtre ou d’une corruption sur la terre, c’est comme s’il avait tué tous les hommes. Et quiconque lui fait don de la vie, c’est comme s’il faisait don de la vie à tous les hommes. » (Coran, V, 32). Je pense que l’échec manifeste de l’intégration (dans l’exemple des trois terroristes) montre que, contrairement à ce que fait notre république laïque en expurgeant soigneusement de l’enseignement toute référence à des textes « sacrés », on devrait au contraire enseigner les morales tirées de ces textes ! Ces extraits de sourates du Coran prouvent que les terroristes déclarant « tuer au nom d’Allah » n’ont en fait rien à voir avec l’Islam. Comme dit Renaud dans sa célèbre chanson Manhattan-Kaboul : « Ceux-là ont-ils jamais lu le Coran ? » Ces citations sont le meilleur argument pour ne pas faire l’amalgame ! Et s’il fallait un autre argument pour rejeter cette « guerre des civilisations » dans laquelle les fanatiques voudraient nous plonger, rappelons le courage de Lassana Bathily, ce nouveau « Juste » musulman qui a sauvé des otages juifs au péril de sa propre vie ! Il y aurait un meilleur slogan que « Nous sommes tous Charlie », ce serait « Nous sommes tous des Juifs Musulmans. » Autre remarque : j’ai toujours pensé que l’idée des dessinateurs de Charlie de caricaturer le prophète était stupide, car ça n’apportait pas grand chose au plan de l’humour, mais ça jetait en revanche de l’huile sur le feu en alimentant le délire des extrémistes (qui n’avaient pas besoin de ce carburant supplémentaire pour nourrir leur rejet haineux de l’Occident « impie »). Comprendre la pensée de l’autre, si différent semble-t-il de nous a priori, est plus judicieux que railler ses convictions (religieuses ou autres). Mais la démocratie doit continuer à reposer sur ce paradoxe (évoqué par Voltaire lors de l’affaire Calas) consistant à tolérer même ce qu’on combat : « Je combattrai jusqu’au bout vos idées, et aussi pour que vous ayez le droit de les exprimer ! »

Sagesse existentielle?

Ruban de MöbiusRuban unilatère de Möbius (source Wikipedia) : une métaphore du bonheur?

     « Depuis Héraclite, le grand philosophe du devenir, nous appelons ‘‘énantiodromie’’ la transformation des choses en leur contraire » écrit Paul Watzlawick dans L’invention de la réalité. Cas classique d’énantiodromie sociale : la formule « le malheur des uns fait le bonheur des autres. » Par exemple, un garagiste tire profit des pannes désappointant ses clients, un médecin des maladies affectant ses patients, etc. Mais l’énantiodromie (terme philosophique signifiant à peu près « routes opposées ») peut devenir permanente, sinusoïdale ! En alternance indécidable du bien et du mal dans la destinée. Comme l’illustre la succession paradoxale de préjudices salvateurs et d’avantages douteux dans ce « conte sans fin » sur le bonheur du jour, tiré du folklore chinois. Un sage paysan avait un fils, un cheval, et un voisin. Un jour où le fils sortit avec le cheval, celui-ci s’échappa, et le fils revint seul. –Oh quel malheur ! dit le voisin. –Qu’en sais-tu ? dit le paysan. Et de fait le lendemain, en recherchant le cheval perdu, le fils le retrouva, puis captura du même coup un magnifique étalon sauvage, rencontré à cette occasion. –Oh quel bonheur ! dit le voisin. –Qu’en sais-tu ? dit le paysan. Et de fait le lendemain, en dressant l’étalon, le fils reçut une méchante ruade qui lui brisa une jambe. –Oh quel malheur ! dit le voisin. –Qu’en sais-tu ? dit le paysan. Et de fait le lendemain, les recruteurs de l’empereur passèrent dans le village enlever les jeunes gens pour la guerre. Temporairement invalide, le fils échappa ainsi à la conscription. –Oh quel bonheur ! dit le voisin. –Qu’en sais-tu ? dit le paysan. Et de fait, le lendemain… Certains proverbes véhiculent une morale semblable : « À quelque chose malheur est bon » ; « Rien ne va jamais aussi mal qu’on ne le craint ni aussi bien qu’on ne l’espère » ; « De l’épine naquit la rose » ; « De la rose naît l’épine, de l’épine naît la rose » ; « La fleur est produite par le fumier, et le fumier produit par la fleur » (dicton turc) ; « Tel qui rit vendredi, dimanche pleurera » ; « Toute nuit a un jour, tout hiver a un été » (dicton turc)… Comparons ce conte chinois à une autre version, tirée de la Berakha (traité de la loi orale juive) : « Rabbi Akiva se déplace un soir avec son âne, sa poule et sa bougie… La nuit tombée, il ne peut accéder à une ville fortifiée qui ferme ses portes au crépuscule. Il s’installe donc à la belle étoile avec l’assurance que Dieu fait systématiquement les choses pour le bien… Mais pendant la nuit, catastrophe ! Un fauve dévore son âne, un coup de vent éteint sa bougie, et un chat mange sa poule !… Or au matin, Rabbi Akiva s’aperçoit que la ville a été attaquée par des brigands. Il s’exclame alors : –Comme à l’accoutumée, Dieu n’agit que pour le bien. Je serais mort dans cette ville, si j’avais pu y entrer ! Car mon âne, ma bougie ou ma poule auraient certainement attiré l’attention des bandits qui m’auraient repéré ! » Dans le conte chinois, l’alternance paradoxale du bonheur et du malheur suggère que le(s) Dieu(x) hésite(nt) en permanence sur la condition (bonne ou mauvaise) à octroyer aux humains. Mais dans la version juive narrant la mésaventure de Rabbi Akiva (contrairement au conte chinois où le destin serait comparable à une pièce oscillant toujours entre ses deux faces), l’œuvre divine ne saurait avoir, tel un objet unilatère comme le célèbre ruban de Möbius, qu’une seule et unique face : la face du bien ! Tout étant toujours pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles… Dans son conte philosophique Candide ou l’Optimisme (1759), Voltaire critique ce principe d’une « raison suffisante » et d’une « harmonie (du monde) préétablie » cher à Leibniz, principe débouchant sur un optimisme tenace, quelles que soient les vicissitudes tragiques de l’existence. Malgré toutes les épreuves qu’ils traversent, les protagonistes de Candide gardent ainsi un moral indéfectible, chaque malheur passant en définitive pour un épiphénomène dans la certitude d’un plan divin de bonheur futur… Mais par son fatalisme opiniâtre, ce principe d’optimisme leibnizien semble annuler tout impératif d’action humaine puisque, dans sa sagesse, Dieu aura pourvu à tout ordonnancer pour « le meilleur des mondes possibles. » Voltaire oppose au contraire à cet optimisme « qu’il juge béat une vision lucide sur le monde et ses imperfections », avec le corollaire que l’homme doit agir pour corriger les malfaçons éventuelles dans l’œuvre du Créateur, afin d’améliorer si possible la condition humaine. D’où l’injonction d’agir formulée par Pangloss : « Il faut cultiver notre jardin. » Précepte de sagesse existentielle ou d’optimisme béat ? À chacun d’en juger…

Plus triste que triste

Bluer than blue Bluer than blue, Plus triste que triste…

Comment est-ce possible ?… Célèbre pour avoir vendu plus d’un million d’exemplaires de son disque sur la tragédie de la guerre Two little boys (le tube de Noël 1969), le chanteur Rolf Harris a présenté en 1989 une vidéo destinée à prévenir les abus contre les enfants (intitulée Kids Can Say No, Les enfants peuvent dire non). Jusque-là, rien d’anormal, bien au contraire… D’autant plus qu’on lui doit aussi l’une des plus belles chansons d’amour de langue anglaise, Bluer than blue (Plus triste que triste, également en 1969). Mais en 2013, dans le cadre de l’opération de police britannique Yewtree contre les infractions sexuelles (en particulier contre des actes de pédophilie), Harris fut inculpé (à l’âge de 83 ans) et condamné un an plus tard à 5 ans et 9 mois de prison pour “abus sexuels contre des mineurs”, certaines victimes étant alors âgées de “7, 8 ou 14 ans”, selon l’article du Wikipedia britannique. Triste (plus triste que triste) illustration du dicton sur les paradoxes du comportement, “Fais comme je dis, ne fais pas comme je fais”…

Paperblog

Quand la France restaurait le rideau de fer

Miklós Németh

Quand Miklós Németh [photographie source Wikipédia] devient Premier ministre en novembre 1988, dans la Hongrie du Pacte de Varsovie, il trouve un pays économiquement exsangue. Épluchant les comptes, en bon comptable, il découvre une ligne budgétaire insolite, “EJR”, relevant du ministère de l’Intérieur, et correspondant à des frais considérables. Enquêtant à ce sujet, il apprend qu’il s’agit en fait d’un nom de code dissimulant les dépenses stratégiques pour la maintenance du rideau de fer : garde-frontières, clôtures électrifiées, dispositifs de détection et d’alerte, etc. Or ces dépenses ont explosé depuis que l’URSS de Mikhaïl Sergueïevitch Gorbatchev (elle-même en piteux état financier) ne peut plus assister les “pays frères”. Ne pouvant plus compter sur l’aide de Moscou, la Hongrie doit donc désormais acheter les fournitures nécessaires au maintien du rideau de fer à… la France ! Laquelle ne s’honore pas ainsi : officiellement, elle défend haut et fort “les droits de l’homme et la liberté”, mais en pratique (réalisme commercial oblige !), elle vend à la Hongrie communiste le matériel nécessaire pour pérenniser cette entrave lamentable aux droits de l’homme et à la liberté ! Miklós Németh (dont on ne reconnaitra jamais assez les mérites) dénonce alors l’absurdité de ce système : malgré sa situation financière désastreuse, la Hongrie doit continuer à acheter à l’Occident ce matériel censé la “protéger” de cet Occident capitaliste ! Et comme elle n’a plus de devises pour payer au comptant, elle est forcée d’emprunter de l’argent pour payer cette (sinistre) participation française à la maintenance du rideau de fer ! Fort courageusement, et tout en redoutant de contribuer à déstabiliser Gorbatchev (car l’URSS de Brejnev a passé des accords secrets avec la Hongrie pour y pré-positionner des missiles nucléaires pointés contre l’Italie !), Miklós Németh décide de supprimer cette ligne budgétaire, signant ainsi le démantèlement de la partie hongroise du rideau de fer, le premier acte qui conduira à la chute du Mur de Berlin (1989), puis à celle du rideau de fer lui-même et de tout le bloc communiste en Europe…

Paperblog

Quand la météo influence le succès

Pierre Charby Photographie (source: Facebook de Pierre Charby)

Pour les plus jeunes qui ne le connaîtraient pas encore, Pierre Charby est un chanteur, célèbre au milieu de la décennie 1970, notamment pour ses slows  imparables "You", "Nous" et "L’Amour fou". Mais en 1976, année de la mémorable "canicule du siècle" (avec le fameux “impôt sècheresse” à la clef), Pierre rata un nouveau succès dans des conditions paradoxales : certes, cette nouvelle chanson était belle aussi ; mais, prévue pour redonner le moral aux vacanciers déçus par une météo "pourrie" (comme pour "La gadoue" écrite par Serge Gainsbourg en 1966), elle tomba à l’eau… car elle s’intitulait "Il pleut, il pleut", durant cet été 1976 qui se révéla le plus chaud et le plus sec du XX° siècle, avec cette canicule record!

En fait, certaines sources donnent 1973 comme année de parution de cette chanson, comme face B de "L’Amour fou", mais je ne l’ai personnellement entendue (et appréciée) qu’en 1976, d’autant plus qu’elle fut éclipsée initialement par "L’Amour fou". Ses passages à la radio en 1976 étaient sans doute un clin d’œil, pour une programmation décalée par rapport à une météo… "pourrie" différemment qu’à l’ordinaire!